Des jeunes des environs l'ont chanté, la vie est plus belle en VO. Idem pour certains membres du Club qui ne jurent que par les sorties officielles des distilleries (Thierry, si tu nous entends ;-). Ont-ils raison ?

  • EDDU Grey Rock

Démarrage clin d'oeil pour voyager un peu en France mais pas de bonne surprise. Ni de mauvaise pour les participants, indulgents. Ou chauvins ? Bref, je ne m'attarde pas, je ne serais pas gentil ... Eddu_Blend.jpg

  • MANNOCHMORE 12 ans

Le + gros problème de l'Eddu c'est qu'il anesthésie le palais. Ainsi, jeudi soir tout le monde est passé à côté de cet excellent Speyside, servi en 2ème position. Alors que Samedi, en inversant l'ordre de dégustation, il fut unanimement salué ... Ouf. Dans sa version F&F, Mannochmore est fin, délicat, finement boisé, très épicé. Un "old school" pour moi. Excellent en apéritif, tiendrait-il en fin de repas ? Pas sûr. Même si la finale est persistante, riche, un délice. Mannochmore_F_F.jpg

  • KAVALAN King Car

Si l'estimation des âges, degrés, ... était assez réussie jusqu'à ce moment de la dégustation, ici c'est le plantage total. Au hasard : "15 ans", "18 ans", "Speyside", ... la version étendard des propriétaires de Kavalan déroute et séduit du haut de ses ... 7 ans ! L'exubérance du fût des versions "solist" est attenué (Christophe D. retrouve néanmoins la oak touch) et laisse place à des notes exotiques (banane, coco, ananas) enveloppées dans une douceur gourmande. Vanillé, onctueux, ... il charme tous les membres du Club et perturbe notre géographie gustative avec succès. Et quel packaging ! Une idée cadeau incontournable pour la fête des pères ;-) Kavalan_King_Car.jpg

  • KILCHOMAN Loch Gorm

Ouaaaahhhaaaaa, oucccccccccchhhhhhhhh, ... Tels furent les commentaires après une simple approche olfactive. Hum. Il est vrai que la version sherry 2013 est très différente de la précédente. Personne ne l'a identifié à l'aveugle ! Aussi sec qu'aromatique, Loch Gorm est déroutant. Le nez est puissant de tourbe sèche, de cuir, viande séchée et de fruits rouges. En bouche, il gagne en fraîcheur mentholée ou plutôt réglisse. La bouche se développe en deux parties. La 1ère est végétale : tourbe, thé noir, quelques racines d'épices. La seconde ajoute les arômes du fût sans estomper la première "vague" : chocolat amer, fruits secs, caramel. Juste avant la rétro-olfaction la sensation est top ! Et elle se poursuit bien sûr. La finale est astringente, la palais est sec mais enrobé d'une farandole de sensations. Un bien joli Kilchoman. Le verre vide, les premiers mots des participants sont Ouaaaahhhaaaaa, oucccccccccchhhhhhhhh, ... avec l'envie d'en reprendre un peu. Une histoire sans fin ... ;-)