Dernière séance du thème consacré à la fabrication du Whisky !

  • LINDRUM

Confidentiel à ses débuts, l'accès à cet assemblage de single malts se démocratise. Depuis 2012, Lindrum se mélange au Loupiac du Château de Ricaud. Naturellement, cela se sent par rapport à l'ancienne version mais le sucre est plus discret que sur des affinages Sauternes. Le whisky est rond, fruité, et relativement difficile à identifier. La tourbe est marquée ou totalement absente, les deux points de vue s'affrontent autour du même verre. Très agréable pour l'apéritif, il n'ira pas plus loin. Les 43° sont judicieux mais ne lui permettent pas de se présenter en fin de repas.

  • Xérès PX Williams & Humbert

La Maison W&H produit depuis 130 ans des xérès et le portefeuille de ses productions est vaste. Ce PX 12 ans est un des plus accessibles. Du pruneau cuit, de la figue séchée, du chocolat, des volutes de cigare, ... tout y est. Et le sucre est abondant ! La qualité est au rdv, après c'est une question de goût. Les aficionados ont adoré, les autres attendent une prochaine séance avec des fino, amontillado, ...

  • ARRAN Cask Strength

Comme le dit un membre du Club, Arran commence à me faire changer d'avis (dans le bon sens ;-) 18 ans d'existence bientôt, et des choix matures ... Proposer un brut de fût dans cette gamme de prix et avec cette qualité, c'est très bien vu ! Le nez est une sollicitation à accélérer la découverte (épicé, cuir, tabac blond). La bouche est très maltée et fruitée. Elle s'épanouit sur des notes pimentées et d'agrumes plus complexes. La finale est longue. Certains trouvent de la tourbe, d'autres le thé, d'autres encore des fruits, ... et tous sont séduits ! Arran_Cask_Strength.jpg

  • HIGHLAND PARK 1989 SV

Un autre brut de fût, version indépendante cette fois. SV est toujours bien positionné en terme de prix par rapport à la hausse ambiante mais sa "Cask Strength Collection" n'offre quasiment plus de versions bon marché. Et cela refroidit bon nombre des participants. Ici heureusement tout est bon : la distillerie, le fût, l'âge, ... Le nez est moins vif que le précédent (et pourtant +54°), la richesse de ses 22 ans l'ayant arrondi. En bouche, le fût est net. Les fruits mûrs (abricot, pêche) et une touche saline viennent tapisser le palais. La finale est douce, chocolatée. Le verre vide laisse plus apparaître ses origines marines qu'en bouche. Là aussi, une bien jolie sélection. Highland_Park_1989_SV.jpg

La quadrature est désormais terminée. Pour ceux qui ont suivi les 4 séances, la perception du whisky est certainement plus riche mais toujours aussi complexe ... ;-) Le RDV de Mai va encore slalomer avec les vacances scolaires (dates à venir) pour une thématique plus classique du Club ! A Bientôt !!!!!!