2ème étape du processus de fabrication du whisky qui nous conduit du maltage aux portes de la distillation, que j'ai arbitrairement appelé "Fermentation". Pour égayer la séance, toujours 3 malts en dégustation. La parenté avec le thème était plus difficile (même si Ben Nevis évoque la fermentation comme un des 4 piliers de son caractère), la prochaine sera plus illustrée ;-)


  • DAILUAINE 1997 SV

La version F&F 16 ans a laissé un souvenir impérissable, dur de rivaliser. Cette fois, le fût est américain. Le nez est printanier : un peu herbacé, beaucoup fruité, et une touche de soleil (son retour nous perturbe-t-il ?). La bouche est ronde, toujours aussi fruitée (poire) et enveloppante, presque huileuse. Pour d'autres elle n'est qu'aqueuse ... Personnellement, je retrouve la rondeur caractéristique de Dailuaine avec une longueur incroyable. Sans force, le menthol, les plantes s'épanouissent lentement et laissent une séduisante empreinte au palais. A déguster au soleil, peut être plus frais, dans tous les cas, une jolie version. Dailuaine_1997_SV.jpg

  • BEN NEVIS 1992 SV

Un nez atypique qui déroute les fans du 10 ans officiel et s'éloigne aussi des mythiques séries "brut de fût". Le nez évoque nettement le caramel au beurre salé. Ce sucré/salé n'est pas du goût de plusieurs membres du Club. La bouche est encore plus saline. Une touche de café, beaucoup de réglisse. Perçu plus jeune que ses 20 ans, sa force alcoolique semble supérieure à ses 46°. Il n'a pas rencontré son public ;-) Les fans de Ben Nevis sont déroutés. Personnellement, j'aime beaucoup ce style singulier et sa persistance salée. Ben_Nevis_1992_SV.jpg

  • ISLAY FUSION

Rencontre avec un grand malt mais pas un grand tourbé ... Islay Fusion est aussi agréable qu'il est peu tourbé. Les amateurs d'Islay maugréent, il n'y a donc pas de tourbe sur cette séance !?! Les aficionados de sherry et d'embouteillages italiens sont aux anges ! Au palais, on perçoit pleinement l'influence des meilleures sélections de fût transalpines (speyside Samaroli notamment) : du café, moka, adouci par un lait crémeux, une pointe de chocolat, bref un cappuccino ! La cerise, l'abricot confit, la cannelle et le poivre sont relevés par une délicieuse amertume qui se prolonge interminablement. Un très bel embouteillage même si la révolte gronde. Ici mon gars quand tu t'appelles "Islay" faut assumer ! Allez un peu d'indulgence, reprenez un petit dram de café, et fermez les yeux, hummm.

N.B : Valérie, pas de réponse officielle pour Littlemill. Mais officiellement, je vais dire que tu as raison. A suivre lors des prochains Clubs, si de plus amples informations ;-)
Et RDV en Mars pour la 3ème étape et les alambics, aaaahhhh !!!!!