Cette semaine s'est tenue pour Bordeaux la dernière séance de "la Part des Anges" (lundi à l'Utopia), quelle belle longévité ! Et cette semaine c'est aussi la semaine de la science. Ici au Club, nous approfondissons nos connaissances des phénomènes ... atypiques !

  • GLEN BRETON 10 ans

Le seul "glen" non écossais, fruit d'une longue lutte, possède d'autres points communs avec la patrie du scotch : forsyth, inverness (county), nouvelle-écosse, ... et un clin d'oeil aquitain avec Cape Breton. Mais pour ce qui se trouve dans le verre par contre, les similitudes s'arrêtent là. Certains pensent à un irlandais, d'autres aux USA, mais aucun à l'Ecosse. Le nez est pourtant floral et sucré, comme un gourmand speyside. La bouche est vive, "alcooleuse" malgré les 40°. Puis elle devient rafraîchissante, mentholée, camphrée. La finale se prolonge principalement sur cet air frais. Quelques notes florales peut être aussi mais en aucun cas le catalogue des notes "officilelles".


  • LADDIE TEN

Avec "Unpeated" indiqué en toute lettre sur l'étui et après l'étude approfondie des PPM le mois dernier, je me réjouissais de perturber les membres du Club avec cet Islay non tourbé. C'est raté ... il est tourbé :-(
Dès le nez, il est démasqué. Pour la ligue anti-tourbe, c'est même désagréable. Pour les ambassadeurs du peating spirit, il n'est que légèrement tourbé. Cette polémique mise à part, le malt est agréable, très sucré avec du miel à tous les étages, des variantes d'abricot, d'épices, de noisette, de boisé, ... Il se paye même le luxe d'une finale bien appréciable pour un 10 ans d'âge. Son seul problème est qu'il n'aurait fallu rien dire (pour moi avec le thème "atypiques" comme pour la distillerie avec "unpeated") car Laddie Ten a du mal à se situer.
Laddie_Ten.jpg

  • Celtique Connexion - Sauternes

Retour immédiat en Ecosse, dans le Speyside, les limiers ne sont pas perdus. Pour le fût d'affinage là, ... c'est beaucoup plus difficile. La couleur perturbe les sens : "sherry" ? mais non. "Porto" ? "Vin jaune" ? ... stop. Le nez est aussi réussi que sa couleur, profond, charmeur. En bouche, les 18 ans sont présents, ils apportent les épices, la noix, le chocolat, ... et le sucre ! Ca y est, le fût de Sauternes est identifié. La finale est chaude, plus sèche (nous revenons sur le sherry ;-). Un des plus anciens membres du Club est conquis, il retrouve le plaisir des anciens whiskies, bel hommage. Un joli équilibre de savoir-faire écossais et français. Celtic_Connexion_Sauternes_1992.jpg


  • MINIMUS - Domaine des Hautes Glaces

Sortie officielle du 1er brut de fût de la jeune distillerie alpine. Et ici, c'est un peu comme avec la tourbe, il y a les anti et les pro. Honneur aux moins connaisseurs (je plaisante ;-) qui lui reprochent son côté eau-de-vie aux multiples origines : une mirabelle de l'Est de la France, une poire de grand-père, une liqueur de fruit, ... Ces sensations sont réelles, c'est indéniable. Mais pour les aficionados (dont je fais partie depuis L10#02) il y a beaucoup plus ensuite. Si le nez ne trompe pas quant à son âge, la bouche est d'une richesse formidable à ce stade du développement. Ici, Minimus est poivré, laiteux et salin. Le fruit (mirabelle, principalement) est omniprésent. Le tout conserve la "patte" de la distillerie (pin, résine) et ça c'est très fort. Cette belle personnalité donne l'envie de déguster les prochaines versions et de suivre le travail de la distillerie. Chaque nouvelle cuvée gagne en complexité, vivement la suite !


Et maintenant RDV en Novembre avec :
- un Club "So Sweet" tout en douceur ... (2 dates)
- et un RDV Monde de brutes ? avec une soirée Rugby Test-Match d'Automne dans un Bar partenaire Artvest !
Tous les détails bientôt par mail ...