Pour une reprise ce fut une reprise ! Grosse affluence sur les deux séances et excellents échanges ! Un plaisir partagé. Il est bien ce Club ;-)


  • BUNNAHABHAIN 12 ans

Petite surprise pour commencer, les participants trouvent ce 1er malt assez fort et tourbé. Le thème induirait-il en erreur ? Après oxygénation, beaucoup baissent la garde. Certes ce classique titre à 46,3° mais son âge (qui commence à devenir vénérable par les temps actuels ...) et le vieillissement en fûts de bourbon et de sherry lui procurent une jolie souplesse et un gras que, personnellement, j'adore. Certains détectent immédiatement les notes poivrées (bravo) et les fruits (mûrs et secs). Puis, il devient sec, sur la noix (sherry je t'aime). La finale est belle, persistante, je suis fan de ce gourmand malt d'apéritif. Mais nous ne sommes pas nombreux visiblement ;-) Bunnahabhain_12_ans.jpg


  • KORNOG Taouarc'h Trived 12BC

Comme à l'habitude, le dram est dégusté à l'aveugle. Et là c'est un festival : "il est plus vieux que le précédent", "peut être moins fort niveau alcool", "beaucoup plus d'arômes", ... non le niveau des participants n'a pas baissé (ils sont trop forts, vraiment) mais c'est bel et bien Kornog qui nous bluffe encore une fois. Côté tourbe, on ne s'y trompe pas par contre. C'est le 2ème test "Kornog" cette année (cf St Erwan / 1er semestre) et nous en avons dégusté bien d'autres par le passé (c'est cela les fans) mais le résultat est toujours aussi épatant. Une fois l'origine dévoilée, la Donnay's touch est bien identifiable. Ce malt là mon vieux, il est terrible ! Kornog_46__-_2012.jpg

  • OCTOMORE 5 - 59,5%

La séance a débuté par un faiblement tourbé et logiquement nous montons crescendo pour terminer sur le plus tourbé. Mais les explications de cette séance montrent que ce critère, s'il est un guide, n'est pas suffisant. Confirmation ici. Le record en PPM est battu (c'est l'objectif) mais en bouche c'est loin d'être le raz-de-marée escompté (redouté ?). Le nez pique un peu mais invite à la découverte. La tourbe est agréable. En bouche, l'asphalte, le goudron (crésol ;-) tout d'abord, puis ils laissent rapidement s'épanouir des notes plus fines de citron confit et quelques plantes aromatiques (girofle ?) tel un génépi très parfumé. La finale est longue, soutenue par un degré d'alcool très élevé mais point agressif. Une majorité le percevait autour de 50-52° et personne n'a pronostiqué au delà de 55°. La fumée, les fruits se mélangent et laissent au palais l'envie de s'y replonger. Une réussite !

J'avais choisi ce whisky uniquement pour la curiosité, je n'adhérais pas du tout au concept et il n'y en avait jamais eu au magasin. Et bien ce n'est plus le cas aujourd'hui.

RDV en Octo(mo)bre pour des whiskies ... atypiques (notamment des étiquettes qui ne sont pas toutes noires ;-) !